Affichage des articles dont le libellé est nouvel an. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est nouvel an. Afficher tous les articles

vendredi 23 décembre 2016

Repas de famille (mais pas que) : et si on se complimentait autrement ?

L'article sera un peu moins long que les deux précédents (dit-elle ayant déjà tapé 5000 signes, sans avoir fini^^), et un peu plus asbtrait. Là, je propose simplement quelques pistes à explorer pour être plus bienveillant.e.s envers nous-mêmes aussi bien que les autres via la manière dont on s'adresse à elleux au moment de leur dire quelque chose de positif. Parce que le compliment aussi peut être problématique, parfois, ou du moins comporter un second niveau de lecture un brin contreproductif vis-à-vis de nos intentions premières lorsqu'on ouvre la bouche pour le prononcer.

Avec les fêtes de fin d'année, il n'y a pas que les réunions de famille et autres repas à rallonge qui peuvent se révéler être de véritables terrains minés pour notre rapport à nos corps, notre bien-être, notre santé mentale... Car à ces occasions, il y a comme une sorte d'obligation de se pomponner, on dit bien "se mettre sur son 31", non ? Alors oui, pour celleux à qui ça fait plaisir de jouer le jeu, ben tant mieux, chacun.e ses outils pour s'auto-kiffer et pour celleux que ça gonfle : qu'on leur lâche la grappe. Mais vient ensuite la délicate question du compliment. Il peut faire plaisir, c'est même assez souvent le cas, selon comment il est formulé, et l'intention qu'on y met. Sauf que si on y réfléchit bien, nous renvoyer sans cesse à notre apparence, c'est nous y réduire.

La body positivity nous apprend à voir la beauté en nous, mais cela pour mieux nous faire dépasser la fascination envers le "joli", et nous aider à (re)trouver une légitimité, une confiance, un respect de soi, une écoute et une bienveillance envers nous-mêmes, et les autres ! Sans parler du fait que certaines des choses que vous allez relever chez l'autre risquent de réveiller en iel un trigger, au lieu de lui faire du bien.


Et si, pour changer, on évitait les compliments sur le physique lors des fêtes qui arrivent ? Ne serait-ce que pour l'expérience.

Je pense que le résultat peut être très intéressant, et nous faire changer certaines habitudes. Je vous propose donc un petit challenge : cette année, on évite les compliments sur le physique (en particulier les trucs passifs-agressifs du style "oh t'as minci, t'es vachement mieux comme ça" ou "dis donc t'as pris du cul, ça te va bien"), mais aussi les trucs bâteaux dans le genre "t'as d'beaux yeux tu sais". Faisons travailler nos méninges et notre empathie. Et si vos yeux vous supplient votre bouche dire au moins quelque chose face à la fabulosité de quelqu'un.e, complimentez plutôt sa tenue, son sens de l'accessoire, son habileté à se faire une coiffure sophistiquée... bref, quelque chose qui valorise aussi ses talents, pas juste son image.



Evitons aussi l'écueil des "ma belle" et cie : personne ne nous appartient, jamais, et c'est assez paternaliste, comme tournure et très très familier, aussi (perso je suis passée au "mon chat", "mon lapin", "mon caillou", "ma crotte", mais c'est réservé aux très proches !). Ah ben oui, tout de suite, ça fait cogiter à ce réflexe de sortir certaines phrases ou expressions toutes faites, hein ? Ben c'est le but de la manip, déconstruire tout ça, et voir ce que vous voulez ou non en garder, ce que vous souhaitez en changer, et comment.

Mais que dire de positif aux personnes qu'on souhaite complimenter alors ?

M'enfin, nous sommes tou.te.s TELLEMENT plus que nos _certes fabuleuses_ enveloppes corporelles ! Il y a un océan de compliments à votre portée qui ne concernent pas l'apparence de la personne que vous avez en face. Même si vous la connaissez peu, scrutez donc tout ce qui fait que vous la trouvez "belle", cette personne : il y a son rire, ses gestes, son parfum, la manière dont iel s'exprime, l'énergie qu'iel dégage, le puits de science et/ou de culture qu'iel semble être, son humour...

Et pour les gen.te.s que vous connaissez bien, que vous appréciez, aimez... les points positifs à souligner ne devraient pas manquer ;)



Pourquoi je vous bassine avec ces histoires de compliments à éviter/à essayer de privilégier :

A titre personnel, j'ai remarqué que plus ça va, plus les "t'es belle/t'es magnifique/t'es canon/t'as un beau ceci, un joli cela" me glissent dessus. Il y a quelques années, je m'y accrochais, j'en avais besoin, car je ne les avais jamais entendus, mais surtout jamais pensé (et c'est le cas de beaucoup de monde, y'a rien de mal à ça, et c'est bien pour ça que je propose qu'on s'intérroge sur le sujet plutôt qu'on mette tout à la poubelle ;) ). Sauf qu'aujourd'hui, les compliments agréables qui me réchauffent le coeur et résonnent agréablement dans ma mémoire ne sont pas ceux là, mais ceux-ci : "tu as une belle humanité", "tu me fais trop rire meuf", "tu es le bois dont on fait les nouveaux monde", "ta surempathie est ta plus belle qualité", "t'as une belle plume", "j'admire ton engagement". Bon, du coup, déso, le but était pas de me jeter des fleurs (je vous rassure, j'ai entendu et entends régulièrement tout un tas d'horreurs pour compenser hein ;) ), mais de vous donner des exemples concrets de la différence entre les deux types de compliments dont je parle.

Et riche de ce constat quant à mes propres réactions, j'ai aussi changé ma façon de m'adresser aux autres. Il n'est pas rare de m'entendre dire à quelqu'un.e qu'iel est lumineux.se, qu'iel est un soleil, qu'hiel rend le monde plus beau juste en existant, qu'iel est important.e/légitime/irremplaçable, qu'iel a une place très spéciale dans ma vie... et autres trus cul-culs (mais sincères, toujours) à souhaits, mais pas sur le physique. Et je remarque que "l'effet produit" est bien plus puissant qu'un classique commentaire, même très positif et enthousiaste, sur l'apparence de mon interlocuteur.trice. Ce qui ne m'empêche bien sûr pas, avec des personnes vis-à-vis desquelles je sais que c'est safe, de complimenter aussi le physique, l'allure générale, parfois. L'idée n'est pas de se débarasser de cette habitude là, mais de la questionner, et de ne pas s'y cantonner. Je suis sûre que si vous essayez, vous en tirerez des conclusions assez proches des miennes. N'hésitez pas à m'en faire part en commentaires ou dans les DM Facebook, Twitter ou Instagram, si vous voulez  ;)


L'année prochaine, j'espère pouvoir vous pondre un truc sur "comment accépter les compliments", second chapitre^^. Perso, c'est encore compliqué, mais je vais y travailler en 2017 :p

*****

Quoi qu'il en soit, je vous souhaite d'être bien entouré.e.s pour les fêtes (que vous les célébriez ou non, on "subit" l'ambiance de toute façon..) et que les réunions de famille, ou équivalents, se passent le mieux possible. Je pense fort à vous et vous envoie tout plein de bonnes ondes, et tout mon amour. Courage ❤❤❤


jeudi 22 décembre 2016

Repas de famille (mais pas que) : 100 sujets de conversation plus intéressants que le régime

Hier, on parlait de couper court aux discussions toxiques sur le poids durant les repas de famille, qui sont particulièreent violentes de grossophobie lors des repas de famille où il faut à la fois bien manger et s'auto-flageler sur son "abus" de bouffe dans la seconde qui suit la déglutition. Aujourd'hui, on passe à l'étape supérieure, à savoir, répondre à l'angoisse suivante (valable aussi pour les discussions entre collègues, n'importe quel autre public, n'importe quel autre lieu, quand on ressasse les dangereux stéréotypes autour de la bouffe, des kilos, de la silhouette) : mais si on peut pas passer tout le repas de réveillon/de famille à parler de comment on va éliminer tout ce qu'on vient d'avaler, de pourquoi on ne prend pas de désert ni des kilos pris par Tartampion.ne... de quoi qu'on va causer ?

(là, c'est le moment où on réalise à quel point ces sujets de conversation sont omniprésents, tout le temps, et en particulier autour des grandes tablées des occasions particulières... j'en parlais notamment ici)

Rassurez-vous, y'a largement de quoi faire.

Et si jamais vous séchez...


Voici 100 sujets de conversation en vrac, lolilol, trolls ou (très) sérieux, qui seront beaucoup plus intéressants mais surtout moins néfastes que la dernière détox de Kate Middleton (pas d'ordre d'importance ou d'intérêt, encore moins de cohérence, c'est juste histoire de lister 100 pistes qui ne parlent pas de régime, de poids, d'apparence et prouver que c'est fucking possible^^) :

1) le dernier film que tu as vu au cinéma (ou en streaming, chez toi)
2) les recettes de ce que vous êtes en train de manger
3) la météo
4) le réchauffement climatique
5) tes plans (ou absence de) pour les prochaines vacances
6) est-ce que vous avez vu qu'en 2017, tous les jours fériés étaient rattachés à un week-end ?
7) la dernière série qui vous a fait kiffer
8) ce conducteur de métro qui a fait une blague, la dernière fois
9) la reproduction des coléoptères
10) quelle marque de lessive choisir
11) la déprime profonde des élections US
12) la déprime profonde des élections chez nous en 2017
13) les voisins du dessins qui sont vachement bruyants
14) t'as vu comme la lune est belle ce soir ?
15) ces groupes honteux qu'on adore en secret
16) les dernières photos prises avec le chat/le chien
17) l'augmentation du prix des timbres
18) l'augmentation (lol) du smic
19) Adama Traoré
20) les violences policières
21) le racisme institutionnel
22) la mignonceté insoutenable des antilopes naines
23) l'existence de tout plein d'animaux nains que tu savais même pas qu'ils existaient dis donc
24) team chat ou team chien ?
25) cuillère ou couteau pour la pâte à tartiner ?
26) les meilleurs jeux de société
27) la dernière vidéo stupide qui t'a fait marrer sur youtube
28) la dernière info qui t'a foutu en pétard
30) les arc-en-ciels lunaires
31) la dernière mise à jour de Pokémon Go
32) le pic de pollution
33) ton crush
34) pour ou contre le retour de la coupe mullet
35) le patriarcat
36) le blantriarcat
37) la cishétéro-normativité
38) les énergies renouvelables
39) la chanson que t'arrives pas à faire sortir de ta tête
40) les meilleurs souvenirs d'enfance
41) les pires bêtises que t'as fait plus jeune
42) ces numéros inconnus relous qui t'appellent
43) le harcèlement de rue
44) le dernier livre que t'as lu
45) l'album que t'écoutes en boucle en ce moment
46) la dernière cuite que toi et/ou tes potes avez pris
47) ton dernier epic fail
48) ton dernier epic win
49) les enfants, si t'en as, si t'en veux, si tu les aimes pas
50) pourquoi "42" ?
51) les Balkany
52) la justice à deux vitesses
53) Jacqueline Sauvage
54) les violences faites aux femmes
55) la lourdeur des complotistes
56) pourquoi il ne faut jamais lire les commentaires
57) toujours pas de bouton "j'aime pas" sur facebook
58) la fin de Vine
59) les derniers filtres marrants sur Snapchat
60) la dernière blague pourrie qu'on t'a racontée
61) l'utilité de la misandrie ironique
62) la nécessité de rire des dominants et non des opprimé.e.s
63) le dernier fou rire que t'as eu
64) le dernier truc qui t'a collé la larme à l'oeil
65) pourquoi les oignons font pleurer
66) pourquoi les dessins animés nous touchent plus que les films
67) pourquoi la mort d'animaux innocents nous touche souvent plus que celle des humains à l'écran
68) est-ce que Pluton est une planète, ou pas alors, quelqu'un a suivi ?
69) ce serait chouette d'aller s'exiler sur Mars là...
70) les extraterrestres existent-ils ?
71) ça se trouve ils ont vraiment fait demi-tour en voyant ce qu'on a fait de la Terre !
72) les robots prendront-ils le pouvoir sur nous un jour ?
73) l'intelligence artificielle peut-elle avoir une conscience, des sentiments ?
74) la lenteur des administrations
75) le truc que tout le monde adore et que tu trouves surfait
76) le truc que tout le monde critique mais que t'aimes bien
77) la prochaine saison de Game Of Thrones
78) pourquoi Game Of Thrones est problématique (entre autres)
79) pourquoi on peut difficilement faire autrement que de choisir ses combats
80) le prochain Miyazaki (oui oui)
81) le studio d'animation, Ponoc, monté par des anciens de Ghibli et son long métrage à venir
82) ils vont VRAIMENT sortir un cinquième Shrek ?
83) il sort quand déjà le prochain Star Wars ?
84) et le second volet des Animaux Fantastiques ?
85) Harry Potter et l'enfant maudit : t'en as pensé quoi ?
86) ce sera quoi la prochaine grande saga à captiver petits et grands ?
87) quel est l'album qui a rendu ton année 2016 moins pourrie ?
88) le clip que tu regardes en boucle en ce moment
89) la guerre en Syrie
90) pourquoi est-ce qu'on traite aussi mal les réfugié.e.s ?
91) pourquoi (l'extrême) droite ne parle d'aider "les SDF français" qu'en opposition aux réfugié.e.s ?
92) peut-on encore parler de gauche en France ?
93) verre à moitié plein ou à moitié vide ?
94) pain au chocolat ou chocolatine ?
95) beurre doux ou demi sel ?
96) ou plutôt margarine végétale DIY ?
97) la grippe/gastro que t'as eue ou à laquelle t'échappes pour l'instant
98) team thé-citron-miel ou team grog pendant la crève ?
99) dormir en pyjama, ou à poil ?
100) et si on prenait pas de résolutions qu'on tiendra pas cette année ?

Et y'en a tellement, tellement, TELLEMENT d'autres, pour tous les goûts et toutes les humeurs ! Vous n'avez plus d'excuses ;)


BONUS si vous souhaitez tant parler de ce sujet que ça, faites le par un angle qui change les choses, en bien :

101) pourquoi parler non stop de poids/apparence/régime/détox est toxique
102) pourquoi la grossophobie est une vraie violence, une oppression systémique
103) c'est plutôt chouette les mouvements fat positive et body positive !


***

Rendez-vous demain pour un troisième et dernier sujet body positive contre la grossophobie de Noël-mais-pas-que (si y'en a qui se demandent dans l'assistance, je kiffe les cadeaux, la période de l'année et la déco, mais j'le fête pas^^) ;)

Et la semaine prochaine on se concentrera sur les aspect body positive de 2016, car si cette année a été méga-pourrave sur plein d'aspects, elle a été plutôt chouette, dans l'ensemble, sur celui-ci et y'a drôlement besoin de se concentrer sur les avancées et autres petits bonheurs !

mercredi 21 décembre 2016

Repas de famille (mais pas que) : le bingrossophobe de poche pour les fêtes (mais pas que non plus)

La grossophobie est une oppression si puissante qu'elle a son propre marronnier. Et parmi les deux plus gros "events" lors desquels elle se fait le plus plaisir, il y a le retour des beaux jours pour "le corps de plage #bikiniready" et la fin d'année pour "les excès des fêtes". Tentons donc de nous préparer à contre-attaquer au shitstorm que nous réserve l'industrie du régime avant les dates fatidiques... Cet article sera le premier d'une "série" de trois avant le 25 décembre 2016.

Repas de famille : la foire aux propos oppressifs

Que ce soit durant les festivités de fin d'années, pour celleux qui les fêtent, ou à l'occasion d'anniversaires, réunions familiales ou que sais-je encore, les repas de famille ont tendance à être pénibles pour tout le monde. Notamment parce qu'on se retrouve nez à nez avec "l'oncle raciste", ou la mémé homophobe/lesbophobe/biphobe/transphobe et qu'on hésite toujours entre fermer sa gueule par gain de paix, ou l'ouvrir pour essayer de faire avancer un peu le schmilblick... On choisit ses combats : c'est normal, c'est ce qu'il faut pour trouver l'équilibre entre la profondeur de nos convictions militantes, et un minimum vital de bien être, surtout si tout cela a lieu en zone "hostile".


Mais, personnellement, j'ai lu pas mal d'articles en faveur de la "confrontation" suite à l'élection de Trump, et ça a fini de me convaincre que si on a les capacités émotionnelles et physiques de le faire (j'insiste sur ce point, car pas question de culpabiliser les personnes qui ne sont pas en mesure de mener ces combats car par exemple timides, angoissées et/ou neuro-atypiques, il ne s'agit pas de se mettre en danger et cramer toutes ses cuillères), c'est notre devoir de faire entrer un peu de lumière dans les esprits qui sentent le renfermé. Car la vague de conservatisme et de violences rétrogrades qu'on aperçoit à l'horizon, il va bien falloir la contrer, et ça ne se fera pas sans nous. S'asseoir sur sa tranquillité d'esprit une à deux fois par ans, en espérant que nos argumentaires auront un effet boule de neige ensuite, c'est un moindre mal comparé à ce qui nous attend si on essaie pas plus de se sortir les doigts, au niveau individuel, quand on a l'occasion de faire la différence.

Vous reprendez bien une louche de grossophobie ?

Après, il y a différentes manires d'appréhender les sujets qui fâchent. Par exemple, l'humour. Tourner au ridicule certains "arguments" oppressifs en démontrant leur caractère prévisible, répétitif et totalement dépassé se fait très bien avec un bingo, comme il en existe vis-à-vis du féminisme, du racisme, des LGBTphobies, du validisme... Alors pourquoi pas un bingo de la grossophobie histoire de gagner quelques points, histoire de compenser les nerfs et l'espérance de vie perdus, face à du fat shaming (rappel : tous ces propos entretiennent, à leur échelle, la peur de grossir et donc la haine des gros.ses) ?


(oui, il est en comic sans ms, j'ai du me séparer de l'habillage galaxy du blog, laissez-moi un peu de kitsch pour vivre siouplé)

C'est une version simple et ultra-basique. Rien ne vous empêche de rajouter des cases, et les remplir des horreurs grossophobes que vous entendez aux repas de famille. Ou même entre collègues, d'ailleurs. Malheureusement, il y a de quoi en faire une encyclopédie en 26 volumes...

Si vous vous sentez de le faire, donc, imprimez-le ou faites-en un à la main, sortez-le, et cochez au fur et à mesure du repas et des échanges. Quand quelqu'un remarquera votre activité inhabituelle, ce sera l'occasion de mettre le nez des concerné.e.s dans leur caca, avec l'argumentaire, le ton et l'intensité que vous vous sentirez capables de donner.

Allié.e.s anti-grossophobie : ne manquez pas le coche !

Ce qui est chouette avec cet "outil", c'est qu'il est utilisable par les gros.ses, qui connaissent hélas si bien ces tristes lieux communs... mais aussi par les allié.e.s. Perso, j'ai tellement bassiné certain.e.s de mes ami.e.s minces avec mon militantisme qu'iels ne supportent plus les discussions à rallonge sur le régime, le poids des stars et/ou collègues et autres forme de bullshit grossophobe bieeen toxique et j'en verrais bien certain.e.s siroter leur verre d'un air mauvais en remplissant le bingo pour couper court à ces foutaises^^


Voilà qui me permet de répondre à une question qu'on me pose souvent à savoir : "que peuvent faire les minces, allié.e.s contre la grossophobie, de concret, outre relayer la parole des concerné.e.s ?". Vous pouvez vous servir de votre "crédibilité" de personne mince _qu'on ne va pas accuser d'être dans le déni/de faire l'apologie de l'obésité/d'être égoïste/de ne pas être objectif.ve ou autres horreurs dont les gros.ses qui ne font que défendre leur droit au respect et à la tranquillité sont accablé.e.s par dessus l'marché_ pour ne pas laisser votre entourage mariner dans sa grossophobie crasse. Comment ? En interrompant les blablas nausaébonds de cet acabit et en démontrant le caractère oppressif des propos grossophobes à vos interlocuteurs. Eh non, c'est pas simple, mais si vous voulez vraiment aider, va falloir vous y coller. Dites-vous que c'est showtime !

(encore mieux : vous pouvez faire ça toute l'année, cher.e.s allié.e.s ;) )

***


Quelle que soit votre situation, j'espère malgré tout que vous n'aurez pas besoin de (trop) vous servir de ce type d'astuces, et que ces fêtes et/ou moments en famille se passeront du mieux possible pour vous. J'en profite pour mettre un lien vers l'article que j'ai écrit l'année dernière sur le sujet, avec quelques conseils pratiques (et beaucoup de gifs) issus de ma propre expérience ici. 

Et comme cette année, j'ai "la chance" de ne pas pouvoir prendre de vacances et que toute ma famille habite à l'étranger, j'ai du temps pour vous pondre encore quelques articles autour de cette thématique. Rendez-vous demain pour la suite ;)


dimanche 3 janvier 2016

Résolutions Body Positive pour 2016

À l'heure où mes différentes timelines se remplissent de déprimants objectifs de tailles et kilos en moins (muscles en plus, rides à gommer, cheveux à défriser et tutti quanti aussi au programme, bien sûr), complètement useless en période de fêtes de surcroît (Le corps ne pouvant pas perdre ou produire plus de 500g de graisse par semaine, physiologiquement ! Le reste, c'est de l'eau, du muscle, et un bidou qui n'a pas fini de digérer^^), j'ai particulièrement envie de clamer que mes deux "bonnes résolutions" pour 2016 n'impliquent pas (plus jamais) d'essayer contre vents et marées de me changer. Mais de continuer le long apprentissage de l'amour de moi-même, et d'en diffuser toutes les belles et bonnes ondes autour de moi tout au long de mon parcours.




Et pour improviser sur cette furieuse envie de faire les deux à la fois, je commence par écrire quelques lignes positives sur cette photo impromptue du jour, où je suis vulnérable. Pour montrer que c'est possible.

Ouais, je peux aimer mon corps modèle gros-cul-p'tits-seins avec un angle non flatteur (j'ai pas pu laisser les couleurs criardes de la salle de bain en fond, par contre, j'avoue, d'où le noir et blanc). Je peux d'ailleurs le faire en le montrant sans mes fringues ou sous-vêtements taille haute habituels pour dissimuler les rondeurs de mon ventre ou la cicatrice de mon piercing raté au nombril, ni cacher les dernières vergetures en date qui y sont encore rouges de fraîcheur, ni même la démarcation entre mes hanches et mes cuisses qui m'a si longtemps complexée, même quand je me rendais littéralement malade pour être mince. Je suis fière du chemin que j'ai parcouru depuis ces sombres années, mais il y a encore une sacrée flopée de kilomètres qui m'attendent avant d'atteindre la paix avec moi-même. Mais je n'ai jamais été aussi motivée pour en venir à bout.

J'espère que vous me rejoindrez sur cette jolie route, cette année, pour ne plus perdre de temps à ne pas vous aimer comme vous le méritez, et utiliser enfin toute votre bonne énergie pour des choses bien plus utiles, agréables, intéressantes pour vous, les autres, et pourquoi pas... la planète ;)





mercredi 30 décembre 2015

2015 année Body Positive !



Clairement, et pour des raisons que je ne détaillerai point ici tant elles peuvent être à la fois évidentes et personnelles, l'année 2015 n'a pas été simple. Ni ici, ni ailleurs. Il est difficile de dire si c'est comme d'habitude ou si c'est pire, et surtout, c'est pas le sujet... Et puisque c'est espace est aussi positive que body, je tenais à rendre hommage à 2015 pour les belles choses qu'elle a apporté, notamment à la visibilité des corps "hors normes". Parce que, selon les médias américains tout du moins, c'est l'année où je cite "le mouvement body positive est devenu mainstream". Même en grande enthousiaste que je suis, je n'irai pas jusque-là, caron a encore beaucoup de travail, mais la petite rétrospective (complètement-pas-dans-l'-ordre) que voilà prouve bel et bien qu'on a déjà beaucoup avancé ! Et qu'on a aussi compris que le mouvement body positive n'était pas que "pour les rond.e.s/gros.ses dans un monde de minces", mais que cette lutte avant tout féministe, et contre les discriminations en général, intersectionnelle, donc... 2015, année body positive, c'est parti :

- Tess Holiday, mannequin très très "plus size" a signé avec l'agence Milk Management, est devenue une star, une inspiration, a lancé le mouvement #EffYourBeautyStandards (fucks vos canons de beauté) et garde la tête haute malgré ses nombreux haters (merci à eux, finalement, de si bien illustrer la grossophobie et le body shaming contre lequel on se bat). Cerise sur le gâteau, elle est tatouée, piercée, badass et se revendique féministe. Une vraie bouffée d'air frais dans le paysage de la mode ;)




- Les vidéos "What's Underneath" de Stylelikeu, certes, elles ont vu le jour en 2014, mais se sont multipliées et ont largement circlé cette année. Déshabillant femmes, hommes et autres devant la caméra pour raconter leur histoire, et celle de leur style, en montrant avec grâce combien la beauté est multiple. Si vous ne connaissez pas encore, courrez-donc y découvrir Melanie GaydosAlok Vaid-Menon ou encore en savoir un peu plus sur Lea DeLarria... Et tellement d'autres personnes fascinantes !

- Le buzz autour de Roz the Diva, une sacré pointure du pole dance rejetée d'America's Got Talent car "trop grosse", après une performance à couper le souffle. Littéralement. Elle a répondu à ces attaques, et est devenue une souriante inspiration du mouvement body positive et de la lutte contre les discriminations "Je suis noire, je suis ronde et je suis une femme, c'est un triple malus dans le monde du fitness : je suis l'antéchrist. Il me manque juste le label "musulmane" pour pouvoir être haïe par absolument tout le monde". Et ce n'est pas ça qui l'arrêtera dans sa grâce et dans sa force :)




- 2015 est aussi l'année où le "Fat Yoga" est venu casser tous les clichés de représentations de cette discipline en fait très inclusive. Loin de l'image de la femme parfaite (mince, blanche, blonde)  seule à pouvoir réaliser des postures de yoga véhiculée par la société, quelques femmes "hors standards" sont venues bousculer ce cliché sur Instagram. Merci à @yulady, @nolatrees ou encore @mynameisjessamyn de diversifier l'image des yogis, et montrer le vrai visage de yoga, qui est vraiment pour tou.te.s (ceci est aussi un message personnel, c'est grâce à elles si je m'y suis enfin mise... et que je m'y éclate !). Merci aussi à des marques comme Lineagewear ou Fractal9 de leur, nous, permettre de faire ça en étant terriblement swaggy, de surcroît.




- Jes Baker, allias The Militant Baker, est l'une des icônes badass du mouvement body positive outre-Atlantique (et une inspiration personnelle, clairement). Après de nombreuses conférences body posi (dont un Ted Talk), elle vient de sortir un livre d'empowerment : "Things No One Will Tell Fat Girls" (ce que personne ne dira jamais aux femmes rondes/grosses). Et, à l'occasion de son lancement, elle a créé un super hashtag qui met la pêche : #FatGirlsCan.




- La sublime prestation du danseur Dexter Mayfield sur le catwalk du défilé Marco Marco... Les images parlent d'elles-mêmes !


 


- Laverne Cox, actrice (et militante !) transgenre star de la série Orange Is The New Black, dans un sublime nu en couverture d'Allure magazine... Et le succès de son hashtag #TransIsBeautiful sur les réseaux sociaux.




- Si les femmes sont les premières victimes des injonctions faites au corps, les hommes ne sont pas épargnés. S'il demeure plus acceptable d'avoir de l’embonpoint en tant que mec, ils sont tout aussi peu représentés (j'avais écrit ça à ce sujet sur Terrafemina) et cette année, l'enseigne américaine Target a fait appel à des mannequins hommes "plus size", dont Zachary Miko,  pour les visuels de son site internet. Entre ça et leur refus de genrer leurs rayons de jouets (qui a offusqué un paquet de bigots appelant au boycott, un peu comme U chez nous il y a littéralement quelques jours^^), on aimerait bien avoir cette enseigne chez nous ! (même s'il y a une stratégie de marketing là-dessous, ça fait quand même du bien et surtout... bouger les choses.)




- Il y a encore quelques mois, une vidéo body shameuse, grossophobe, aurait été un truc haineux de plus sur la toile. Mais la lutte contre les discriminations liées à l'apparence physique commence à s'ancrer dans les esprits, et les réactions à l'horrible vidéo de Nicole Arbour "Dear Fat People" (celles qui ne sombrent pas dans l'excès inverse, du moins), quasiment unanimes, ont fait du bien. Plus on dira NON, moins le body shaming sera accepté, acceptable. Ne lâchons rien ;)

- La collaboration entre Beth Ditto & Jean-Paul Gaultier (qui me rappelle de bons souvenirs de stage de fin d'études en 2010, quand je les ai tous les deux rencontrés pour le défilé XXS-XXL... *soupir*), qui est prometteuse !




- La "scandaleuse" scène de sexe de Gabourey Sidibe dans Empire. Je ne regarde pas la série, mais l'effet d'offuscation profonde qu'a eu la scène de cul de cette actrice (que j'adorais déjà dans American Horror Story, et pour ses réponses déjà cultes au fat shaming) sur le monde m'a clairement donné envie de m'y mettre. Oui, les gros.ses baisent aussi, quel choc^^




- Cette année, l'émission américaine de mode-couture "Project Runway" (14e édition !) a été remportée par Ashley Nell Tipton, créatrice déjà figure de proue de la communauté body positive. Sa voix, son talent, ont été récompensés "malgré" les apparentes difficultés de sa "différence" dans le milieu. Une succès story qui fait vraiment, vraiment, vraiment beaucoup de bien. In your face, Karl !




- Si vous n'avez pas encore découvert les délicieuses illustrations pleines de douceur et d'humour de Cécile Dormeau (cocorico !), aux héroïnes irrésistiblement grassouillettes , je vous invite à aller regarder son travail... Dont voici quelques extraits :D

  
 


- Les débuts vloguesques d'un adorable petit ovni en quête de réconciliation avec ses poils, et d'acceptation de soi : Sary Fairy. Tant de sagesse, de bienveillance et de douceur dans une seule personne... c'est un trésor à chérir.

- Fat shamé en photo sur internet, un homme reçoit une vague d'amour et de soutien assez incroyable... Les réseaux sociaux se plient en quatre pour retrouver "Dancing Man", et une fois contacté. Sean, originaire du Royaume-Uni est invité à une énorme soirée dansante en son honneur à Los Angeles, en présence de nombreuses stars. Certes, on ne peut pas déployer cette énergie et ces ressources pour tout le monde, mais cette preuve qu'il y a encore beaucoup de bon sur notre ronde planète, et ça fait chaud au cœur. Bientôt, on n'aura plus besoin de défendre ou de réconforter, on pourra juste se satisfaire de faire la fête ensemble :)




- Le succès _largement mérité_ de la modèle, militante body posi et créatrice de lingerie Ashley Graham suite au buzz post fashion week de New York.

- Les contrats de mannequinat signés par Madeline Stuart, jeune mannequin trisomique et tout l'amour qu'elle reçoit depuis du public. On en redemande :D




- Le fait qu'Andreja Pejic, mannequin transgenre, soit devenue égérie de la marque de maquillage Make Up For Ever !




- La campagne #LâcheMoiLaVille de Stop Harcèlement De Rue (ben voui hein, je vais pas me priver de faire un coup de pub à l'une des assos dont je fais partie heinggg) ;)




- Les illustrations aussi choupinounettes que badass "Glorifying Obesity" de Rachel Cateyes (pitié dites-moi que vous saisissez le sarcasme de ce nom^^) à mettre entre toutes les mains...


   



- Campagne "bikini" de Modcloth, qui a fait poser ses employées devant l'objectif pour promouvoir les beautés, sans la moindre once de compétitivité ou de body shaming...




- Lammily "la Barbie réaliste" a désormais ses règles, des boutons, des vergetures... Certains parents crient au scandale, pourtant, un peu de réalité (pour la dédramatiser, et sortir d'un monde trop lisse pour être vrai, même dans l'imagination), dans les jeux d'enfants, c'est le début d'un avenir plus sain dans sa relation avec son corps, les autres, la société.

- La témoignage de Megan Jayne sur sa bataille gagnée contre l'anorexie, qui redonne de l'espoir, et le sourire. Devenue une vraie combattante body posi sur la toile, il faut absolument que vous la suiviez ;)




- L'arrivée imminente d'une héroïne de BD ronde, Faith :)




- Le succès de l'émission de la militante Whitney Way Thore, "My Big Fat Fabulous Life", aux USA, et la création de sa ligne de vêtements "no body shame" (NO BS).




- Le buzz qu'on fait ces photos anciens combattants amputés sur la toile. Je ne suis pas forcément fan de leur coté ultra-sexy, ni de la qualité/du style des dits clichés, mais leur existence est une très belle chose. Au même titre que les photos de femmes ayant subi une mastectomie à présent autorisées sur FB ou Insta. Car tous les corps ont le droit d'être également représentés, on ne le répétera jamais assez, mais la body positivity, c'est ça ;)

- Lizzie Velasquez, la "femme la plus laide du monde", atteinte d'une maladie orpheline faisant qu'elle n'a pas le moindre milligramme de graisse sur le corps, devenue icône/conférencière contre le harcèlement a sorti un documentaire "A Brave Heart". Une inspiration à ne manquer sous aucun prétexte !




- La visibilité de Caitlyn Jenner (je vois toujours le verre à moitié plein, souvenez-vous). Bien que cette femme trans ait commis pas mal de boulettes, et semble avoir des opinions encore largement teintées de conservatisme dues à sa situation privilégiée, le caractère public de sa transition (bien qu'il soit loin de représenter toute la communauté trans, qui a rarement de tels moyens financiers à sa disposition...) et la popularité de la famille Kardashian permet de faire passer, malgré tout, un message de tolérance. Il n'est pas (encore) parfait, mais c'est déjà un bon début pour ouvrir les oreilles, les consciences, et bientôt, les cœurs.




- Après Misty Copeland dans le Lac des Cygnes, une seconde ballerine noire à l'assaut des ballets à la tradition disons le franchement "blantriarcale"... Michaela DePrince va rayonner dans Casse Noisette !




- La présence sur le podium de l'actrice trisomique  Jamie Brewer (que l'on voit notamment dans American Horror Story) à la fashion week de New York !!!




- Le quatrième volume de la série de documentaires "Sexing the transmen XXX" de Buck Angel, qui change à la fois les représentations classiques du porno, et donne fait entendre al voix des hommes trans non-opérés. Il a aussi parlé de santé (de gynécologie plus précisément) à ce sujet, et c'est vraiment chouette ;)




- La Couverture de l'athlète Amanda Bingson pour le numéro spécial corps du magazine ESPN. Parce qu'à l'heure où le mouvement body positive prend de l'ampleur, les "contre-arguments" prétendument médicaux sont à la mode. Pourtant, le sportifs.ves ne sont pas tou.te.s des statues grecques ! Victoire aussi, donc, pour la modèle "plus size" Erica Schenk en couveture de Women's Running !


  


- Les photos d'Harnaam Kaur, fière femme à barbe plus size activiste body posi, pour Rock'N'Bride ♥ ❤


 


- Le clip Unbreakable de Conchita Wurst. Pour ses images, pour les paroles de la chanson, pour ce que cette gagnante de l'Eurovision représente (j'écris cet article alors que je suis en vacances familiales en Russie d'ailleurs, LOL 'est peut-être pour ça que je galère à l'intégrer... alors je mets un gif^^)



- Le hashtag lancé par le mannequin Shaun Ross, qui a fait de son apparence atypique un atout majeur #InMySkinIWin (ce qui n'est pas sans nous rappeler une certaine Winnie Harlow :) ).





- La très épanouie danseuse canadienne Cassandra Naud et son témoignage sur cette tache de naissance au visage, qu'elle refuse de maquiller, photoshopper ou de se faire enlever :)




- La lente "dé-tabouisation" des règles, et ce, grâce à des copines talentueuses et passionnées comme Jack Parker et son nouveau site Passion Menstrues !




- Le succès de la mannequin Rebekah Marine, au bras bionique !




- Le surprenant dernier calendrier Pirelli, avec Serena Williams (aussi sublime en couverture de Sports Illustrated, d'ailleurs, même si sa tenue et sa pose ont fait débat en termes d'empowerment, mais ce n'est pas le sujet ici), Yao Chen, Patti Smith, Amy Schumer, Yoko Ono ou encore Tavi Gevinson. Entre coup de pub "pour se faire bien voir des féministes" (ces sorcières, bien sûr^^) et relents de male gaze, cela reste, malgré tout, une très bonne chose ! Parce que ça, c'est mainstream, et ce sont des représentations diverses dont on a besoin. Le jour où ce genre de choses ne sera plus "exceptionnel", ni "un évènement", là, on aura gagné.

- Le shooting d'Alok Vaid-Menon et Janani Balasubramanian (le duo artistique Darkmatter, qui joue sur les représentations du genre) pour Elle India.




- Le témoignage du militant Joseph Matt Diaz sur l'excès de peau qui lui reste de sa perte de poids, sa résolution à s'aimer ainsi, et le soutien de la communauté body positive... Magique, et encourageant !




- Une Hermione noire pour la suite des aventures d'Harry Potter sur les planches (bravo Noma Dumezweni)! (et la réaction, parfaite, de JK Rowling pour faire fermer leur claque-merde aux rageux-racistes)


 


Il en manque probablement beaucoup... mais je trouve que c'est déjà pas mal :D

Des femmes, des hommes, des personnes au genre fluide ou non binaires, des minces, des gros.ses, des personnes valides ou avec un handicap, des blanc.he.s, des noir.e.s... L'année 2015 a véritablement commencé à diversifier nos représentations de l'humain, et des beautés. Certaines initiatives, ou nouvelles, étaient parfaites, d'autres, perfectibles.

On peut aussi constater que dans cette liste _personnelle et non exhaustive_ il n'y a pas beaucoup de quoi crier "cocorico", comme j'ai dit plus haut, pour l'instant, on a du retard dans l'hexagone, et il serait grand temps de casser le mythe mondial de ces "femmes françaises qui ne grossissent pas" et cetera et cetera.  

Mais clairement, on avance, et c'est drôlement fucking chouette. Donc prenons un moment pour célébrer toutes ces petites victoires. Et dès demain, retournons militer pour lever le tabou sur les tétons féminins, pour plus de représentations des personnes racisées dans la mode, les médias et la culture, des choix de tailles du triple XS au triple XL dans nos magasins au lieu de sempiternelles distinctions, faire disparaître la honte autour de la pilosité, obtenir le changement d'état civil libre et gratuit sans procédés humiliants et autres mutilations pour les personnes trans... Parce que oui, toutes ces luttes autour du corps, de ses formes, de ses couleurs et de ses apparences sont liées, et prendre cela en compte dans notre manière de nous engager ne fera que rendre nos actions plus belles et surtout plus fortes. 

Donc voilà, merci pour tout ça, 2015. Du fond du coeur. Puisses-tu inspirer 2016 à faire encore mieux, sur ces questions là... et toutes les autres :) #utoptimisme