Affichage des articles dont le libellé est féministe. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est féministe. Afficher tous les articles

mercredi 16 mars 2016

#slutshaming : une bonne tranche de body shaming avec supplément sexiste gratuit !



Ouaip, le slut shaming est vraiment quelque chose que j’exècre. Et vous savez quoi ? C'est intimement lié au body shaming et à la culture du viol. Avec double ration de sexisme en supplément. Bref, un menu assez gerbatif.

Dans ma tête, ce sont pas des paillettes. J'édulcolore pour essayer d'être moins indigeste...

Et entre ce que j'entends de certain.e.s membres de la blogo française ("c'est bien le mouvement body positive hein, mais y'en a qui s'exhibent trop quand même" #véridique) plus size et l'actualité autour du dernier selfie dénudé de Kim K... J'avais envie de faire un article dédié, pour expliquer en quoi ces deux concepts, ces deux injonctions, sont liés.

Slut quoi ?

Pour celleux qui ne connaîtraient point encore le terme, le slut shaming c'est, en gros, la stigmatisation des femmes dont la tenue et/ou l'attitude serait jugée "provocante". Rien que ce dernier mot entre guillemets montre à quel point ce concept fumeux est sexiste. On ne dirait pas ça d'un homme, n'est-ce pas ? Ces messieurs n'entendront jamais qu'ils "ne se respectent pas" parce qu'ils mettent un short ou montrent leurs tétons. Parce que leurs corps, contrairement aux nôtres, n'est pas sur-sexualisé, synonyme de tentation, de "pêcher". Dans notre société, les corps des femmes, quoi qu'elles en fassent, sont porteurs d'une lourde honte. Sauf pour vendre du yaourt ou des bagnoles bien sûr, quand ce ne sont pas elles qui se montrent ou se cachent en accord avec elles-mêmes.



Bref, grâce à ce merveilleux outil patriarcal qu'est le slut shaming, on peut traiter une femme de salope parce qu'elle porte une jupe jugée "trop courte" et qu'elle aime "s'habiller sexy", parce qu'elle poste des photos dévêtue, parce qu'elle a (eu) de nombreux amants, parce qu'elle est coquette... et c'est le même raisonnement qui amène 27% des français.e.s à dire qu'en gros, "ces femmes là", ben elles l'ont bien cherché si elles se font violer, en vrai, hein. [re-vomi] Parce que c'est pratique, quand même, de dé-responsabiliser les agresseurs et violeurs en préférant blâmer les victimes car "elles n'ont pas fait assez attention". À côté de ça, celles qui s'habillent "en sac à patates" aussi seront rabaissées et humiliées, faut pas rêver. Quelle que soit ta stratégie de survie dans ce milieu hostile, tu payeras le fait d'être une femme dans un monde d'homme à un moment ou un autre, d'une manière ou d'une autre.

"D'ici mes 14 ans, tous les garçons de ma classe m'auront déjà traitée de pute, de salope, de connasse et bien d'autre choses encore"

C'est connu voyons, la gent masculine "ne peut pas se contrôler", faut pas chercher ces messieurs sinon il va nous arriver des bricoles. Des simples insultes au viol, ou jusque dans la rubrique "faits divers", ou le féminicide sera qualifié de "crime passionnel". Si ce n'était pas si grave, j'aurais rajouté un "lol"...

Coucou la culture du viol, je te vois, et je t'emmerde.

Pourquoi le slut shaming et le body shaming sont-ils liés ?

Le problème avec le slut shaming, c'est qu'il se manifeste souvent sous forme de sexisme intériorisé. Comme si ce n'était pas assez difficile, douloureux, humiliant de se faire traîner dans la boue par "l'homme dominant", les femmes jouent aussi à ce triste jeu entre elles. Après tout, en nous mettant en compétition les unes avec les autres (être la plus belle, être bonne cuisinière/maîtresse de maison, être drôle/sportive/intelligente mais pas trop non plus pour ne pas faire peur au mâââle) dès la plus tendre enfance, je ne vois pas bien à quel autre résultat on aurait pu s'attendre sur ce point. Et j'aborde ce point #captainobvious parce que ces comportements... On les retrouve jusque dans la sphère militante, féministe et même body positive. Nan nan, je déconne pas. Pourtant, j'eus préféré.

Quand j'entends une ou des féministes descendre "les meufs qui s'exhibent".
Aussi engagées, impliquées, déconstruites soient certaines personnes que je croise dans la dite sphère, en ligne ou IRL, il y en aura toujours une pour taper sans discernement sur les selfies, la nudité (je comprendrais jamais ça... z'êtes pas nés habillés hein), la vulgarité (c'est subjectif, et souvent aussi classiste que sexiste... je suis moi-même en train d'essayer de désapprendre tout ça mais chuis pas là pour donner mon avis sur la famille^^), la chirurgie esthétique... Ça me rend chèvre. Et l'énième selfie dépoilé de dame Kardashian la semaine dernière a justement déclenché une vague de propos de la sorte. P!nk m'a d'ailleurs brisé le cœur en cette belle journée de lutte qu'a été le 8 mars, avec un post plein de jugement sur le sujet... et il fallait que je trouve le moyen d'aborder c't'affaire ici-même.

Comme j'ai beaucoup hésité à ma manière d'en parler, j'en ai parlé à une amie très engagée et on a eu une conversation passionnante. Et elle m'a confié que même si "en théorie", elle savait parfaitement que la nudité, ni même le fait de la montrer "au monde entier" n'était aucunement un mal. Mais que dans le cas de Kim K, elle avait quand même des restes de réticences à le ressentir, en plus de le penser avec sincérité. Parce que cette "socialite" agace. Parce qu'elle est omniprésente dans les médias. Parce "qu'elle ne fait rien de sa vie" (je dis pas qu'elle fait pas des trucs pas cool du tout hein, genre s'approprier les tresses cornrows... c'est vraiment craignos, mais c'est valable pour toutes ses sœurs, aussi) et qu'elle n'a que très rarement "un discours", contrairement à d'autres comme Nicki Minaj par exemple, pour "légitimer" ses choix. Il y a encore quelques années, je pensais ainsi aussi et il m'arrive encore de réprimer une vieille remontée acide de ce genre, bien malgré moi. Donc de là, on est inévitablement venues au jugement... du jugement de "valeur", de celui qu'on pouvait avoir parfois malgré nous.

Il faudrait donc justifier de "bonnes actions" pour pouvoir poster une photo comportant de la nudité sans se faire taper dessus ? Genre un laissez-passer, un permis de s'exhiber pour bonne conduite ? On marche sur la tête.

Je cherche encore la logique, dans ces (nos ?) réactions épidermiques.
Quelle que soit la personne qui décide de se prendre en photo, habillée ou à poil, et de la partager sur les réseaux sociaux : c'est SON choix, c'est SA liberté, c'est SON corps. Parce que le corps, les corps des femmes, n'ont rien de honteux (il est là, le body shaming sous-jacent de ces violentes réactions face à la nudité féminine). Et aujourd'hui, décider de montrer le sien _ qu'il soit "dans la norme" ou qu'il en soit très éloigné_ à la face du monde sur les internets, c'est se le réapproprier. Se le réapproprier face à une société patriarcale qui l'exploite allègrement pour son plaisir visuel, pour vendre tout un tas de choses, mais qui le trouve problématique lorsqu'il s'affirme tel quel, lorsqu'il s'aime lui-même.

Et sans vouloir trop sombrer dans une psychologie de comptoir... Si ma mère avait orchestré la vente de ma sextape, ben je pense que j'aurais sacrément besoin de me la réapproprier, ma carcasse.

Bref, il nous appartient d'apprécier, ou non, la démarche, c'est indéniable. Mais l'attaquer, la condamner, porter un jugement invalidant dessus, et ce avec autant de violence, c'est merdique.

_________________________________________________________________________________

Edit du lendemain (merci Diane ♥) : J'ai abordé le sujet, assez brièvement je l'admets, sur d'autres articles sur le blog ou ailleurs mais je ne l'ai pas vraiment développé ici, alors qu'il a carrément sa place, surtout dans ce paragraphe... Le fait que les femmes racisées subissent doublement l'oppression du slut shaming : parce que l'idéal de beauté qu'on nous sur-vend est blanc. Et que dans une société blantriaracale, un élément de nudité et/ou sensualité sera toujours critiqué beaucoup plus vivement s'il vient d'une personne racisée que s'il vient d'une personne blanche.

Les exemples sont nombreux à ce sujets mais parmi les plus marquants dernièrement, on peut repenser à la réaction de Lou Doillon qui s'est attaquée au féminisme de Beyoncé et Nicki Minaj, suite à la sortie d'Anaconda, en disant grosso merdo (surtout merdo...) que ces femmes qui se mettaient à poil étaient "une catastrophe" en termes de féminisme... alors qu'elle même, a posé nue à maintes reprises sans qu'elle ne fasse visiblement le lien. Pas plus que les nombreux hommes et femmes, majoritairement blanc.he.s, qui ont pris part au "débat"...

Il y a aussi eu les critiques qu'a du essuyer Rihanna après le clip de "Work", je vous invite à lire le storify de @mrsxroots sur le sujet. Plus récemment, et pour rebondir sur le selfie "#KimKChallenge", on a vu Sharon Osbourne soutenir la star de la téléréalité en postant elle aussi un cliché dénudé à bandes noires sur Twitter... alors qu'elle avait slut shamé Nicki Minaj auparavant.

Deux poids, deux mesures : ceci n'est qu'un très bref aperçu de la sur-sexualisation, de l'exoticisation, des femmes noires, métisses, racisées. Coucou le féminisme blanc (white feminism, non intersectionnel), on te voit. Enfin je dis ça, mais je me suis pas dans le déni non plus : il n'y a pas si longtemps, j'ignorais tout de cette problématique et de ses conséquences (ainsi que de mes privilèges de blanche) moi aussi, et je suis encore loin d'être l'alliée "idéale" mais je lis, je me renseigne, j'écoute, j'apprends, je relaye. D'ailleurs, c'est suivre le Collectif MWASI, afro-féministe, qui a grandement contribué à ma déconstruction sur ce point, après en avoir croisé les membres à la manif non-institutionnelle du 8 mars 2015, mais elle est loin d'être terminée, j'en ai conscience.

Ça me fait d'ailleurs repenser à la sensation de malaise que j'ai en comparant les actrices.eurs et body positive en France par rapport à celleux présents aux US et de nombreux pays anglophones... Ici, c'est très axé femmes minces "VS" (tssss tout à reprendre, la page FB de Ma Grande Taille est l'exemple parfait de la pauvreté intellectuelle de ce débat en France...) femmes non-minces, mais là-bas, c'est beaucoup plus diversifié et inclusif, comme mouvement. Car c'est beaucoup plus complexe que ça comme question. Les grosses/rondes n'ont pas le monopole du body shaming et les personnes racisées, personnes non-cisgenre, personnes "âgées", personnes en situation de handicap font partie intégrante du débat.

Sinon _ceci est un appel_ je serais ravie d'avoir des témoignages de personnes concernées pour que je consacre un article dédié au sujet. Et/ou même carrément faire un "guest blogging" sur le sujet sur le blog.

_________________________________________________________________________________

Se battre contre le slut shaming, c'est une lutte body positive

Nan, y'a vraiment pas besoin de défendre l'allaitement eu public au détriment de Rihanna qui a choisi de porter une robe transparente pour un événement ou de Kim qui montre ses fesses (c'est à peu près aussi intelligent et aussi constructif de lutter contre la grossophobie en tapant sur les minces/maigres). Parce qu'il s'agit du même combat : celui de libérer les corps des femmes des injonctions qui les étouffent. Aussi bien en termes de critères esthétiques que de critères de "comportement" à avoir ou ne pas avoir (Ne vous a-t-on jamais dit de vous "comporter en dame" ? De ne porter qu'un type de fringue pour mettre en valeur votre silhouette de pomme/banane/kiwi ? De vous de vous "habiller de manière "plus féminine" pour ne pas ressembler à une camionneuse" ou de "vous respecter" en mettant des sapes plus couvrantes?).

La nudité "habilite" certaines femmes. La "modestie"/pudeur en "habilite" d'autres. Différentes choses "habilitent" différentes femmes et ce n'est pas à toi de juger ce qui est mieux pour elles #empowerment

Body shaming et slut shaming sont deux injonctions patriarcales ciblant les femmes (bien que le premier s'applique aussi parfois aux hommes) et leurs corps, ainsi que la manière dont elles en disposent, dont elles en jouissent. Et c'est pour ça que le mouvement body positive, combat féministe intersectionnel, est indissociable de la lutte contre le slut shaming. Nos corps, (très) gros, (très) minces, "naturels", ou "opérés", blancs, jaunes, noirs, petits, grands, valides, non-valides, celluliteux, musclés, lisses, mous, fermes, jeunes, âgés, avec ou sans cicatrices, tatoués, piercés ou "vierges" de toute modification, poilus, glabres, en bonne ou moins bonne santé... nous appartiennent à nous, et nous seul.e.s. Et faire le choix conscient de les montrer, ou de les cacher, est une décision qui nous est propre. Et il n'y en pas une qui soit plus "respectable" que l'autre. Point barre.


"Les selfies, le narcissisme, toussa, c'est un mauvais exemple"

Petite digression sur "la culture du selfie" et cie pour finir? Car à ce stade de la discussion, quand le désaccord demeure face à une personne, déconstruite ou non, l'ultime recours est souvent le suivant : "ouais, bon, okay, admettons m'enfin quand même, tu parles d'un exemple pour la jeunesse".

Et iel r'met dix balles dans la machine...

Ben déjà, je pense que les enfants et ados sont exposé.e.s à bien pire que cette malheureuse nudité qu'on rend responsable de toutes les catastrophes possibles et imaginables, dans un monde ou les réseaux sociaux sont plus réactifs pour censurer un tableau de Courbet ou un téton que la vidéo d'un assassinat sanglant, de commentaires oppressifs de type raciste, homophobe, transphobe et j'en passe, ou même bloquer quelqu'un qui te stalke/te menace. Faut redescendre deux minutes hein, personne n'est venu.e au monde habillé.e à ce que je sache. Ni la nudité, ni le sexe, ne sont pas "un danger". Et il faut aussi arrêter de mélanger les deux. D'ailleurs un corps nu n'est pas forcément sexuel, il faudrait finir par l'intégrer, un jour.

Si le corps féminin n'était pas si outrageusement sur-sexualité (je ris SI FORT quand un gugus dit que c'est le fait de se mettre à poil qui nous hyper-sexualise alors qu'on récupère justement ce que la société patriarcale qui l'avantage au quotidien nous vole... la poule, l'oeuf, toussa toussa) et que le sexe n'était pas aussi tabou/sacré et si la société ne poussait pas les femmes à toujours trouver leurs corps "imparfaits" pour qu'elles dépensent des sommes d'argent (d'une paye amputée vis-à-vis de son équivalent masculin, il faut le re-préciser), et d'énergie considérables pour les "arranger" (ceci n'est nullement critique envers celles qui le font, chacun.e sa stratégie de survie)  _et donc "se trouver un mec/prince charmant" bien sûr, hétéro-normativité patriarcale oblige_ on ne détesterait pas les femmes qui se sentent bien dans leur corps et qui le montrent. Qu'il soit ou non dans la norme. Qu'il soit naturel, ou "refait". Qu'il soit présenté de manière sensuelle, ou non.

J'aime l'outil de création de gifs de Giphy SI FORT... Ahem !

Les réseaux sociaux sont venus bouleverser l'ordre établi de notre société d'image qui promeut, vend, un modèle unique de beauté, extrêmement excluant. On peut tou.te.s exister, être vu.e.s, lu.e.s, entendu.e.s. On peut déconstruire son regard sur la société, apprendre à s'aimer et trouver sa voix. Aussi "futiles" ou engagés puissent être les sujets qu'on choisira d'aborder avec, elle parlera forcément à quelqu'un d'autre, car internet est aussi et surtout un lieu où nos différences aussi bien que nos similitudes peuvent nous rapprocher. On est devient visible, pertinent.e et "on existe", sur nos petits bouts de toile. On se réapproprie notre image. Et que cette dernière soit proche de l'esthétisme mainstream ou bien à l'extrême opposé, on a tou.te.s ce droit, ce pouvoir. Et c'est plutôt cool, non ? (je recommande le super article de Jack Parker à ce sujet )

Pourtant, nombreux sont celleux qui s’appuient sur de rares exemples de dérives (accidents mortels dignes d'un beau #DarwinAward, attroupement de gugus qui jouent avec un dauphin mort sur la plage ou perturbent la pondaison des tortues et quelques ados ayant développé l'obsession maladive du cliché parfait) certes graves mais isolées de la "selfie culture" pour la rejeter en bloc. Et taxer tous les "jeunes" (le selfie et les réseaux sociaux, c'est pour tout le monde, c'est pas Baddie Winkle qui dira le contraire^^) de "génération narcissique" au passage. Mouais, à la manif contre la #LoiTravail du 9 mars, par exemple, j'ai pas eu cette impression là moi, déso. J'ai vu une jeunesse engagée et solidaire dans la rue et "pas que sur Twitter". En quoi s'aimer un peu, ou même beaucoup, nous empêcherait de penser aux autres ? (checkez ce super post facebook, et ce super hashtag associé #ICanBeBoth _ "je peux être les deux"). D'ailleurs être un.e "anti-selfie" n'est pas un gage certifié d'altruisme, puisqu'on va par là^^

On est aussi libre de s'exposer à poil que de ne pas le faire, de suivre quelqu'un qui le fait ou bien de ne pas le faire.

Pour la classe dominante _mâle cisgenre blanche hétéro je re-précise_ il est pratique et rassurant de tirer cette conclusion simpliste. Pas besoin de s'interroger sur la signification profonde de cet engouement pour l'auto-portrait numérique, ni de reconnaître le soulagement dont elle est porteuse pour tant de gen.te.s invisibilisé.e.s, blessé.e.s par un environnement qui ne met en valeur qu'un modèle unique, très restrictif, des corps et de "la" beauté. Avec cette stratégie, pas besoin de reconnaître la toxicité de nos représentations collectives devant la déferlante #BodyPositive qui fait reculer chaque jour un peu plus le body shaming, et le slut-shaming. Mais vous ne trompez personne ;)

Internet, c'est ce qu'on en fait. C'est le lieu de naissance du mouvement body positive aussi bien que celui des trolls et du sexisme 2.0...
L'auto-kiff ça a du bon. Beaucoup de bon. Et même en publication ouverte sur tel ou tel réseau social, ça reste quelque chose de personnel sur lequel un jugement "de valeur" est totalement malvenu. Et puis si ça vous emmerde autant... ben y'a qu'à unfollow, ou bloquer les sources de votre offuscation. Et consacrer votre temps à des lectures qui vous satisfont, il en faut pour tout le monde sur le web et ce serait vraiment cool de cohabiter avec bienveillance et paix, au lieu de gaspiller votre énergie à insulter celleux qui ne vous semblent pas "dignes de vous". Des ""bons exemples"" (notion totalement subjective, cela va de soi^^), y'en à la pelle, avec les possibilités infinies des réseaux sociaux et mots dièse. Mais attention, il y a fort à parier qu'iels aussi, posteront elleux aussi des selfies, habillé.e.s ou non, une fois de temps en temps.

Nan, pas désolée pour un sou de défendre le selfie au même titre que la body positivity ;)

Et pour en revenir au sujet principal après cette digression afin de conclure, je vais tout simplement me répéter (après l'auto-kiff, l'auto-quote :3 ) :

Le body shaming* et slut shaming sont deux injonctions patriarcales ciblant les femmes et leurs corps, quels qu'ils soient, ainsi que la manière dont elles en disposent, dont elles en jouissent. Et c'est pour ça que le mouvement body positive, combat féministe intersectionnel, est indissociable de la lutte contre le slut shaming. Faire le choix conscient de les montrer, ou de les cacher, est une décision qui nous est propre. Et il n'y en pas une qui soit plus "respectable" que l'autre.


En toute modestie.

À très vite pour un article un peu moins épidermique, un peu plus body posi qu'anti-body shaming, je l'espère !


PS : *Puisque j'effectuais précisément un parallèle entre slut shaming, traitement machiste réservé aux femmes, et le body shaming, je n'ai pas insisté sur le fait que ce dernier n'épargnait en revanche pas les hommes. Du coup, je mets un lien vers ce post très touchant post de Monsieur Q sur le rapport qu'il a avec son corps, que j'adore, et qui me fait pleurer à chaque fois que je le relis. Et vous balance rapidement quelques noms de chouettes militants body posi à suivre : Matt Joseph Diaz, Bruce Sturgel, Kelvin Davis, Skylar KergilNick Vujicic ou encore Shaun Ross ;)






lundi 29 février 2016

L'inspiration body positive de février 2016

Parce qu'on n'a JAMAIS ASSEZ d'inspiration body positive pour survivre dans ce monde d'injonctions au corps, j'ai décidé de mettre de côté toutes les infos que je vois passer sur le sujet. J'en relaye certaines sur Facebook, Twitter, Instagram, et d'autres non, quoi qu'il en soit j'aime garder des traces de toutes ces histoires inspirantes, et les partager encore plus ! Donc à présent, tous les mois, je ferai un récap de l'actualité body posi qui s'est écoulée dans les 30 jours précédents, histoire de prendre une grosse dose de love dans la face et attaquer les 30 suivants avec la niaque ;)

Il est vrai que c'est surtout en anglais... parce que je me répète, mais on a vraiment du retard dans l'hexagone, ne serait-ce qu'en termes de vocabulaire... et ça en dit long sur tout le travail qu'il y a a faire pour ouvrir des discussions body positive dans la langue de Molière ! *soupir*

Le témoignage de Jazz Jennings, adolescente transgenre (mais aussi véritable militante LGBTIQ+, co-gérante d'une asso et intervenante dans des conférences !) de 15 ans (!!), sur le rapport qu'elle entretient avec son corps et son poids, notamment depuis sa transition. Une belle leçon d'amour de soi pour tou.te.s !



Le buzz autour d'Eda Marbury, femme obèse et virtuose du pole dance, et son témoignage sur la manière dont cette discipline l'a aidée à sortir de la haine de soi... malgré une avalanche de messages haineux depuis qu'elle s'assume. Go Eda, go !!



Le MEILLEUR ARTICLE EVER sur les "beach bodies" ou "corps de plage" (vous savez, ce truc que les médias, en particulier féminins vont commencer à vous dire d'obtenir à grand coups de régime-détox d'ici quelques jours parce que le printemps approche ?) de Buzzfeed ;)


Ashley Graham en couverture de Swimsuit Illustrated. Certes, c'est réputé macho à la base et les rondes/grosses/obèses sont soit stigmatisées, soit sursexualisées... Il n'empêche, je vois le positif : cela contribue, malgré tout, à diversifier les représentations des corps. C'est un début, et j'espère qu'il fera du bien à certaines... Même si on parle toujours d'une femme, blanche, valide, aux proportions idéales ;)


La sortie de Formation de Beyoncé, et bien sûr, sa performance historique au Super Bowl dès le lendemain ! Non seulement elle y dénonce les violences policières envers les noir.e.s aux USA, mais elle affirme son amour pour son nez et son afro. Pour qui ne s'intéresse pas à la problématique, ça peut passer pour un point de détail insignifiant. Mais sachant que le modèle de beauté unique que l'on impose au monde n'est pas que mince et valide : il est blanc. C'est d'une violence sans nom de ne pas être représent.é.e, d'être invisibilisé.e, et en une phrase, Beyoncé fait du bien à des milliers de femmes oubliées par l'industrie de la beauté, de la mode, des médias... #BlackLivesMatter #BlackBeauty




Les adorables badges "bons points" pour grosses imaginés par Stacy Bias. Pas commandables pour l'instant, mais rien que les lire fait déjà du bien tant ils sont adorables (mais difficiellement traduisibles sans perdre de leur candide swagitude^^) "Prenez de la place/de l'espace", "Chaise cassée, et alors ?", "Survivante au regard de travers" ;)

Le studio de photographie Shameless et sa série de photos de pinups qui défient les représentations classiques de "la fâme" et de "la féminité", tout en restant dans les codes esthétiques fifties. Il y en a presque pour tout l'monde 

 
 

Les illustrations body positive pleines de douceur de l'artiste Frances Cannon (qui les tatoue, aussi !!!). J'aurais aimé être aussi indulgente envers moi-même et les autres au même âge qu'elle, personnellement :) (23 ans !)


Les photos (certes très lissées) inspirées d'American Beauty qui diversifient couleurs, âges et corpulences par la photographe américaine Carey Lynne Fruth ;)

   

 



Petit coup d'pouce à moi-même, mon article sur la militante Harnaam Kaur suite à son passage chez Ardisson, sur Terrafemina :) (une de mes plus grandes inspirations body posi !!)



Cette adorable et fort badass petite new yorkaise, Egypt Ufele qui a créé sa propre collection de vêtements d'inspiration africaine, pour toutes les tailles, après s'être fait harceler au sujet de son poids... et fait défiler tout ça pour la Fashion Week !  La jeune génération est porteuse d'espoir :)



Andreja Pejic, top model et militante transgenre, sacrée mannequin de l'année et en couverture de Marie Claire Espagne ! Même si les mots choisis par les médias mainstream sont encore à se taper la tête contre les murs, c'est une grande avancée, surtout pour un magazine aussi prout-prout que Marie Claire...



L'article de Mathilde, ancienne candidate de l'émission The Voice, sobrement intitulé "GROSSE". Aussi doux à lire qu'il est d'écouter la chanteuse ;)



Le buzz autour du mannequin Ralph Souffrant, protégé de Kanye West himself ! Atteint du vitiligo (comme une certaine Winnie Harlow :) ) et étudiant en dermatologie, il a appris à aimer ses taches de rousseur et en faire une carrière.


Voir la sublime Clémentine Desseaux comme égérie des "nouveaux jeans plus size" de Levis (jusqu'à la taille 56, vendus à part et en te promettant d'avoir un effet amincissant... là on est quand même plus dans la stigmatisation que l'empowerment quand même... tssss y'a du boulot ! Mais je positive ;) )


Le hashtag #UnfairAndLovely, en réponse aux ravages de la crème éclaircissante "fair and lovely" (claire/blanche et jolie...) vendue en Inde, au Pakistan au Bangladesh... pour promouvoir la beauté "non euro-centré" dans toute sa flamboyante diversité 

  


Et enfin, last but not least... cette vidéo de Pretty Big Movement (compagnie de danse "plus size") ! À la fois clin d'oeil à #BlackLivesMatter et joyeuse danse body positive ensoleillée, qui nous fait languir du retour des beaux jours ;)





En espérant que le mois de mars soit encore plus divers, joyeux, militant, bienveillant et aimant ! Et en espérant que le mouvement Body Positive ne fasse que croître. Et ça passe aussi par toi, oui, toi là... tu es merveilleux.se, ose aimer ta propre personne, et n'aies pas peur de passer le message 


jeudi 25 février 2016

Au régime TOUT LE TEMPS : le trouble du comportement alimentaire "acceptable"

"Oh mon dieu j'ai avalé plus de 300 calories aujourd'hui, c'est pas sexy !" #TRISTESSE
Mon titre vous choque ? Parce que c'est "normal" de "faire attention" tous les jours ? De se priver en permanence ? De se démener à la salle de sport tous les midis et tous les soirs ? D'être "au régime" tout le fucking temps ? S'il vous choque toujours, parce que j'ose le comparer à un trouble du comportement alimentaire, qui désigne habituellement des pathologies bien plus précises, bien plus connues comme l'anorexie, la boulimie, l'orthorexie et que vous ne voyez pas là de connexion... Alors c'est bien la preuve qu'on a un sérieux problème. Parce que non, être constamment "au régime" n'est pas non plus un rapport sain à la nourriture, ni avec son corps. 


Coucou le patriarcat, le capitalisme, la société d'image, vous êtes encore là ! Mais on va pas vous laisser passer non plus.

Et puisque c'est la semaine de sensibilisation aux troubles du comportement alimentaires, "TCA", #EatingDisordersAwarenessWeek ... en tant que personne ayant vécu les trois troubles énoncés ci-dessous par le passé, et étant désormais militante body positive, j'avais vraiment très envie d'en parler.

J'imagine qu'on a tou.te.s dans notre entourage des personnes qui, à chaque repas, chaque sortie, tous les jours, ne manquent pas de rappeler pour justifier une privation qu'iels "font attention". Et s'il arrive, très rarement, que ces personnes là ne "craquent" (boudiou que je déteste cette expression, mais c'est comme ça que c'est ressenti... autre symptôme de ce mal, justement !), elles s'auto-flagelleront immédiatement en jurant de faire double ration de sport dès que possible "pour éliminer".


"Je dis non au MANGER !", chuis quelqu'un de bien TAVU. (Oui, ce post est sponsorisé par P!nk, aka l'amour de ma vie)
Parfois même, on est, ou on a été, cette personne. Je sais de quoi je parle. Donc j'en profite pour faire une parenthèse et préciser que je ne me "moque" pas du tout de ces personnes (oui, malgré le gif d'illustration tout en haut de l'article ;) ), qui me font plus mal au cœur qu'autre chose tant je connais la souffrance inavouée et inavouable car "normalisée", qui se cache là-dessous. Et parce que les raisons qui les, nous, poussent là-dedans, sont si incommensurablement toxiques... et dans le fond, juste tristement ridicules.

"Allez, encore une bonne gastro et j'aurai atteint mon poids idéal". J'en connais qui prononcent ce genre de phrases avec le plus grand des sérieux.
Ça me semble si évident, le fait que ces comportements, d'ordre quasi compulsifs, sont le fruit de notre société d'image qui valorise la-maigreur-à-tout-prix-mais-pas-trop-quand-même-non-plus-parce-qu'après-c'est-moche-faut-pas-déconner. Mais j'ai eu le droit à des réactions très virulentes, presque "territoriales", quand j'ai essayé d'avoir ces conversations avec des gen.te.s concerné.e.s. 

"Oh mais ça vaaaa, laisse-moi me nourrir que de repas liquides hyper protéinés, c'est SAIIIIN, j'te dis". On me dit que j'exagère quand je suggère que c'est un peu extrême, quand même.
Un peu comme s'iels se raccrochaient à cette obsession pour valider le bien fondé de leur existence. Si tu te fais souffrir pour être belle/beau, c'est déjà un pas de plus vers la sacro-sainte "beauté" stéréotypée en question. Par exemple, il n'y a qu'à voir la différence de traitement réservée à un.e gros.se au régime, "un.e bon.ne gros.se, parce qu'iel essaye de plus l'être, tu comprends, quel courage !" et un.e gros.se qui dit merde à tout ce bullshit et qui, donc, clairement, "se laisse aller, se conforte dans sa paresse (et autres clichés sur les gros.ses)" et demeure une source de dégoût.

Et bien que je parle là de régime et de "fitness", cette problématique est loin de ne concerner que les personnes considérées comme non-maigres, en surpoids, ou "au-delà". Le nombre de personnes minces qui ne s'autorisent "aucun écart", par peur de prendre un gramme et se mettent au sport "pour être plus toniques" parce que les magazines féminins et les médias ont quand même réussi à leur filer des complexes... me dépasse. Mais pas tant que ça. Parce que je suis suffisamment lucide sur le fait qu'on, surtout "nous les fâââmes", on ne sera JAMAIS.ASSEZ.BIEN. Quoi qu'on fasse, on sera toujours "trop ceci", ou "pas assez cela". (et que du coup, perso, j'ai décidé d'envoyer bouler tout ça et vivre ma vie heureuse, comme je l'entends #BodyPositive)

Et on nous le fait bien comprendre, dès la plus tendre enfance.
Donc, où que l'on se situe sur l'échelle de "la bonnassitude" (excusez-moi, je pars vomir et je reviens), vis-à-vis du "male gaze", bien entendu... il y aura toujours cette nécessité absolue de montrer patte blanche en prouvant, constamment, qu'on essaie de "faire mieux" pour rentrer dans le moule. Pour prouver "sa valeur". Puisque c'est connu, elle est déterminée par notre tour de taille et notre qualité de peau hein, ou du moins l'énergie qu'on dépense pour "améliorer son score", tout le monde sait ça.

Donc le fait "d'être tout le temps au régime" est doublement toxique, à la fois TCA et sexisme intériorisé. Et le pire, c'est qu'il est totalement inconscient, tant il a été internalisé comme stratégie de survie dans ce monde où l'on nous met en situation d'évaluation, de compétition permanente via les injonctions au corps et à la consommation. Ce qui fait qu'il est difficile de "s'y attaquer" sans se prendre une shitstorm dans la face. Surtout à l'ère du hashtag #healthy à toutes les sauces (enfin, celle sans sucre ou matière grasse quoi), jusqu'à l'overdose !...

Le 100% "healthy", 100% du temps.. C'est aussi BORING que... contre-productif, en termes de bien-être.
Breaking news : ce sont les comportements qui sont "healthy" ou non. Pas la bouffe. Pas le sport (un super article pour les anglophones à ce sujet ici). Et quitte à parler de "santé" (coucou les concern trolls, j'ai aussi pensé à vous), il serait temps de penser un peu à sa tranquillité d'esprit, à toutes ces choses qu'on pourrait faire en plus ou différemment, si on n'était pas constamment obsédé.e par son poids, son apparence, sa "conformité" aux standards.

"Ne passez pas à côté de 95¨% de votre vie juste pour peser 5% de moins" merci Flo @smiling.unicorn pour l'inspiration ❤
Je vous dis pas que c'est simple. Parce qu'entre cette prise de conscience et la déconstruction de toutes ces injonctions dont on nous gave depuis le berceau, le chemin est long. Et je re-précise que mon texte n'est nullement une "incrimination" des personnes dont je décris le comportement, mais une dénonciation du système qui les mis dans cet état, dont elles ignorent souvent le caractère maladif.

Non.

Ce que je vous dis, c'est que considérer l'option "je peux m'aimer comme ça, sans me torturer à longueur de journée" (oui, c'est une forme de torture) fait bel et bien partie des choix que vous pouvez faire, et qu'elle vous promet vraiment VRAIMENT une vie plus sympa. Et franchement moins chiante. Et, pour le coup, j'assume, avec tout l'amour du monde, la pincée de "condescendance" contenue cette dernière phrase ;)

Sus au patriarcat qui réduit nos rêves, aspirations et ambitions à notre seule apparence ! On vaut tellement mieux que ça... (sponso par P!nk, j'vous ai d'jà dit)

BISOUS !
Prenez soin de vous ❤❤❤


PS : Le régime, c'est DE LA MERDE.


Et tellement, TELLEMENT de temps !

PPS :
je ne vais MÊME PAS me fatiguer à préciser que "faire attention" ou "faire du sport" de temps en temps, par plaisir, pour se faire du bien, sans pression, n'est pas malsain en soi. Mais sachant très bien qu'on risque de me taxer de "lobbyiste de l'obésité" (je vois pas le rapport non plus hein, mais ce genre de remarques est 100% réelle sur le net dès qu'on aborde le body shaming) je tenais quand même à noter que je trouverais bien fumeux, et pas très fute-fute, un tel détournement de mes propos sur le sujet ;)



Déso, pas déso.